Les 7 Saints de Marrakech

18Sep09

Ils sont sept, enterrés dans divers endroits de la ville. grands savants versés dans les sciences religieuses de l’islam ou grands mystiques soufis, ils veillent sur marrakech depuis des siècles.

Au Maroc, on recense plus de 700 moussems. Ces pèlerinages annuels commémorent la mémoire d’un saint. Dans chaque ville, dans chaque village, en montagne comme en plaine, des sanctuaires ont été élevés sur les tombes de personnages reconnus pour leurs qualités humaines. A Marrakech, les saints et les saintes sont nombreux. La ville n’était-elle pas considérée comme “le tombeau des saints” Leurs mausolées s’élèvent aujourd’hui encore à l’intérieur comme à l’extérieur des murailles. Sept d’entre eux font partie du cercle étroit des saints patrons de Marrakech. On les doit à une décision politique prise par le sultan Moulay Ismaïl (1672-1727) pour contrebalancer l’influence grandissante des sept saints des Regraga, une confrérie dans l’arrière pays d’Essaouira. Il en confia l’institution à un personnage illustre, El Hassan El Youssi (1630-1691), grand savant et fin connaisseur du Maroc qui choisit sept saints dont l’unique trait commun était d’être enterrés dans divers endroits de la ville. Selon l’itinéraire institué par El Youssi, le pèlerinage se fait suivant un parcours circulaire qui renvoie à la circumambulation autour de la Kaaba lors du pèlerinage à la Mecque. Les Sept Saints étaient tous ou de grands savants versés dans les sciences religieuses de l’islam, ou de grands mystiques soufis.
L’architecture de leurs mausolées est typique de ce genre d’établissements en milieu urbain : coupoles quadrangulaires recouvertes de tuiles vertes, reposant sur des pièces carrées richement ornées de décors de zelliges, de plâtres sculptés et de bois peints. Les tombes sont recouvertes de catafalques, témoins de la ferveur de millions de pèlerins durant des siècles. Sur les fers forgés des fenêtres, des cadenas sont scellés jusqu’à l’exaucement d’une prière faite au saint : naissance, mariage, guérison…
circoncision. Le henné de la mariée est porté sur le parcours du pèlerinage pour invoquer la baraka des saints, et leur demander de bénir et de protéger le nouveau couple.
Pour symboliser la place qu’ils occupent dans l’histoire, la culture et l’imaginaire de la ville, sept tours ont été élevées à leur gloire, en 2005, par la Mairie à Bab Doukkala.

Les Sept Saints accompagnent également les grandes réjouissances qui ponctuent la vie des gens. Les garçons sont emmenés faire la visite des mausolées la veille de leur circoncision. Le henné de la mariée est porté sur le parcours du pèlerinage pour invoquer la baraka des saints, et leur demander de bénir et de protéger le nouveau couple.
Pour symboliser la place qu’ils occupent dans l’histoire, la culture et l’imaginaire de la ville, sept tours ont été élevées à leur gloire, en 2005, par la Mairie à Bab Doukkala.

les 7 saints de marrakech

– Sidi Youssef Ben Ali, dit « l’éprouvé », mort en 1196 et inhumé à Bab Aghmat. Il était atteint de la lèpre et sa vie se passa dans l’ancienne léproserie de Marrakech. Il fut un modèle émouvant de résignation, de charité et de confiance en Dieu.

– Cadi Ayyad, mort en 1149, enterré près de Bab Aylan. Il est le plus célèbre des doctes du malékisme en Occident musulman. Son amour du Prophète exprimé magistralement dans son ouvrage « Al-Chifaa » et sa rigueur orthodoxe lui valurent son titre de saint.

– Sidi Bel Abbès, mort en 1205, enterré près de Bab el Khemis. Il a bâti sa doctrine sur l’éthique du don. Il était le défenseur et le consolateur des pauvres, des déshérités, des malheureux, des handicapés, plus particulièrement des aveugles.

– Sidi Ben Slimane, mort en 1465 dans les environs d’Essaouira. Son corps fut transféré à Marrakech. Il est le rénovateur du soufisme marocain en vue d’une mobilisation contre l’invasion ibérique. Son ouvrage Dala’il al-Khayrat est le symbole de cette résistance.

– Sidi Adelaziz Tebaâ, mort en 1508, enterré non loin de la Mosquée Ben Youssef. Il est le principal disciple de Sidi Ben Slimane et le propagateur de l’ethique soufie dans les milieux des corporations d’artisans.

– Sidi Abdellah el Ghazouani, dit Moul El Ksour, mort en 1528, enterré non loin de la Mosquée Mouassine. Il consolida le renouveau soufi initié par Sidi Ben Slimane et
fascina les milieux populaires par ses vertus.

– Imam Souheilli, mort en 1186, enterré près de Bab Robb. Il est connu pour ses vertus spirituelles, sa poésie soufie et son ouvrage d’esprit à un moment de forte censure doctrinale.



No Responses Yet to “Les 7 Saints de Marrakech”

  1. Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :