Le souk des herboristes

17Mai09

souk_epicesPlantes aromatiques et médicinales, poudres, huiles, épices, minéraux et tisanes en tout genre… le souk Rahba Kdima recèle une multitude de trésors qui témoignent de la vivacité des pratiques traditionnelles. Cet ancien marché aux grains et aux esclaves, aujourd’hui connu sous le nom de Place des épices, abrite de minuscules échoppes d’apothicaires, à l’intérieur desquelles se côtoient mille et une couleurs et parfums aux vertus bienfaitrices. Ici, chaque mal a son remède, chaque produit, ses vertus curatives. Au rayon cosmétiques, là aussi, la liste est longue. Une quantité de produits de beauté orientaux sont disposés sur les étales dont les usages font partie d’un véritable art de vivre. A côté des traditionnels savon noir, huile d’argan et ghassoul, figurent des denrées plus méconnus. Petit tour d’horizon de ces produits 100% bio pour une mise en beauté ludique et naturelle.

La khella   
Cette grande ombellifère, aussi appelée ammi visnaga, est récoltée pour les rayons de ses ombelles qui se ramassent en fuseau après floraison et sont utilisés comme cure-dents. Son inflorescence particulière donne à cette herbe une fois sèche des allures de petit parapluie fermé. Cultivé essentiellement au Maroc, en Egypte et en Algérie, la khella s’emploie aussi, après décoction, en gargarisme pour les soins de bouches et les douleurs dentaires et en fumigation pour dissiper les vertiges.

Le aker ou rouge à lèvres berbère 
Le aker est l’un des plus anciens rouge à lèvres traditionnellement utilisé au Maghreb. Fabriqué selon les régions, à base de poudre de coquelicots, d’écorces de grenadine, de cochenille ou de fleurs d’églantiers, ce fard végétal légèrement rosé se présente sous la forme d’un petit godet de terre. Il s’applique sur les joues et les lèvres avec une noisette de miel pour hydrater les lèvres et obtenir un effet gloss.

La pierre d’alun 
Ce minéral translucide de couleur givre s’emploie comme déodorant naturel pour ses propriétés adoucissantes, purifiantes et astringentes. Taillée en forme de petite pierre facile à manier, l’alun agit en déposant un film invisible de sels minéraux, inhibant ainsi la formation de bactéries malodorantes sous la peau. Il suffit pour cela de frotter la pierre humidifiée sous les aisselles ou les pieds. Elle calme aussi les irritations après l’épilation ou le rasage grâce à son pouvoir hémostatique.
Son emploi quotidien est inoffensif, contrairement à d’autres composants d’aluminium parfois utilisés dans les anti-transpirants usuels.

La pierre ponce
Utilisée traditionnellement dans les hammams afin d’attendrir les peaux les plus récalcitrantes, la pierre de gommage en terre cuite lisse en douceur les callosités des pieds, des mains et des coudes. Grâce à sa forte rugosité, elle élimine les cellules mortes et laisse respirer la peau. Les parties rugueuses préalablement enduites de savon noir sont frottées puis nourries avec de l’huile d’argan.

Le souak 
Reconnu pour ses propriétés antiseptiques et cicatrisantes, le souak est utilisé partout au Proche Orient pour l’hygiène buccale. Présenté sous la forme d’un fagot formé par une lanière d’écorce de racine de noyer enroulée sur elle-même, le souak se mâche longuement ou se frotte tout simplement contre les dents. Il combat la mauvaise haleine, blanchit les dents, dissipe les névralgies dentaires, fortifient les gencives et réduit les aphtes.

Le savon d’Alep 
Cet ancêtre du savon de Marseille est fabriqué à Alep, en Syrie, selon un procédé artisanal vieux de plusieurs siècles. L’huile d’olive de deuxième pression est cuite pendant plusieurs jours avec de l’eau et de la soude dans un grand chaudron en pierre puis enrichie et parfumée d’huile essentielle de baies de lauriers. Ce savon « surgras », réputé pour ses vertus nourrissantes et adoucissantes, est utilisé par les Marocaines comme gommage naturel.

Le khôl
Le khôl est une poudre minérale composée de sulfure d’antimoine ou de malachite, traditionnellement utilisée par les femmes marocaines pour se parer les yeux. Il s’applique à l’aide d’un fin bâtonnet en bois appelé « mirwed ». Après l’avoir humecté d’eau de rose puis enduit de poudre, on l’applique à la lisière des paupières pour étirer l’œil et donner de la profondeur au regard. Le khôl s’emploie aussi à des fins thérapeutiques pour soulager les infections oculaires mais aussi pour protéger les yeux des réfractions de lumière vive.

Comment y aller ?
Prendre la rue du souk Semmarine. A environ 150 mètres de l’entrée du souk sur la droite, une ruelle conduit à la place Rahba Kdima



No Responses Yet to “Le souk des herboristes”

  1. Laisser un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :